Sources : Article du "MAG Fontenay-aux-Roses" (mai 2015), documents mis en page 3, interviews.

Cinq points à retenir

  • Les commerces de proximité jouent un rôle fondamental dans l'animation d'un quartier.
  • 60% des foyers français seraient clients du commerce de proximité (enquête nationale 2016)
  • Les atouts pour la ville sont la facilité d'accès, la qualité de l'accueil, les produits et les conseils prodigués,
  • Les maintenir et les renforcer nécessitent un plan concerté engageant tous les partenaires
  • Il s'agit d'un plan aux multiples étapes, réalisé progressivement et sur plusieurs années.

Le projet en images


     

Le projet "commerces" en quelques phrases



1o  Le commerce de proximité, une utopie réaliste ?


Faisons ensemble un rêve !  Qu'il serait agréable de pouvoir flâner dans notre centre de ville et chemin faisant de s'arrêter magasin après magasin, pour faire nos courses, épicerie, boulangerie, vêtements, primeur, poissonnier, fleuriste... et, pour prolonger sa promenade s'arrêter boire un café à une terrasse ensoleillée.

Malheureusement, chacun s'en aperçoit, ces petits moments agréables de la vie s'éloignent années après années de l'univers des fontenaisiens. Les chiffres sont là, implacables, en 10 ans, ce sont près de 20 pour cent de nos commerces de proximité qui ont disparu.

Oh ! les responsables désignés sont nombreux : Les grandes surfaces, les villes voisines, le e-commerce...

  • Les premières éloignent le client en proposant des services qu'il ne trouve plus près de chez lui, parking, lieux de loisirs, choix de boutiques, le client y est roi et peut y passer des heures à se divertir tout en faisant ses courses.
  • Les villes voisines offrent le luxe, la convivialité et les voies piétonnes.
  • Pour l'internet, pas de courses festives mais c'est un plus de commander à domicile, d'être livré chez soi, d'avoir une multitude de choix et la possibilité de profiter de promotions et de prix-cassés.

    • Beaucoup plus qu'un état des lieux, l'enquête réalisée à Fontenay-aux-Roses, en 2015 ne s'est pas bornée à faire un état des lieux de la situation dramatique de notre ville, elle a montré également que si celle-ci présentait des handicaps évidents : diminution du nombre de ses habitants et baisse de leur pouvoir d'achat, elle avait aussi tous les atouts nécessaires pour relever le défi : une amélioration des moyens de transports, une volonté de faire revenir les habitants par une politique urbaine raisonnable (PLU), des magasins-pilotes bien ancrés dans le paysage, un axe commercial déjà existant représenté par la rue Boucicaut, de la cavée à la place de l'Église.

      Ce projet a pour objectif de faire de Fontenay-aux-Roses, actuellement en déficit de notoriété, une ville résolument commerciale et attrayante, de restructurer le tissu commercial, proposer une offre de proximité diversifiée et la maintenir dynamique

2o  Trois acteurs locaux indissociables bien décidés à jouer chacun leur rôle dans ce projet


Les fontenaisiens :

Ils sont conscients que leurs habitudes des années 80 ont changé et que le commerce de proximité correspond à un manque et une frustration. Ils sont conscients que cela ne se fera pas sans eux et qu'il leur faut avoir une attitude citoyenne responsable. Ils ont des idées et ils ont pu les exprimer à travers l'enquête qui les a interrogés et les nombreuses réunions publiques.

Les commerçants :

Eux-aussi ont été sollicités. Ils ont pu, aux cours de réunions qui leur étaient dédiées, faire un constat, exprimer leur doléances et surtout montrer leur dynamisme en faisant des propositions. ''L' association des Commerçants de Fontenay-aux-Roses'' a joué et continue de jouer son rôle moteur essentiel dans cette entreprise.

La municipalité

Consciente qu'il fallait qu'elle s'investisse pour faciliter la rénovation et l'installation de ce commerce directement au service des fontenaisiens, pour en faciliter l'accès, la convivialité et la compétitivité, elle a décidé de l'attaquer sous tous ces aspects. Des textes étaient nécessaires, ils ont été votés par le conseil municipal. Le périmètre de sauvegarde du commerce et de l'artisanat (PLU 2016) en est l'exemple emblématique.

Ayant bien conscience qu'il s'agissait là d'un projet difficile à mettre en place, qui ne se ferait que par petites étapes et sur une longue période, qu'il mélangeait intérêts publics et privés et entraînerait souvent résistances et incompréhensions, elle a décidé de se mettre au travail, de créer spécifiquement un poste de manager pour le commerce, de profiter de toutes les opportunités qui permettraient de faire avancer ce projet et d'informer régulièrement.

C'est ainsi qu'à la date du 31 décembre 2016, plus de vingt actions, petites et grandes, ont été recensées, pouvant déjà se fondre dans le projet global du développement du commerce de proximité.